La maladie mentale touche plus que la personne qui en est atteinte. Selon le rôle ou le lien que nous avons auprès de cette personne les impacts sont parfois différents...

… les parents

Lorsqu'il y a un enfant atteint de maladie mentale dans la famille, le couple peut être mis à rude épreuve. La vie intime et la vie sociale en ressentent les répercussions.

Dans votre relation de couple, il faut prendre garde que certaines tensions ne se développent. Par exemple, impuissants et épuisés, vous pourriez commencer à vous blâmer mutuellement pour toutes sortes de raisons. Rejeter la faute sur l'autre ou l'accuser est fréquent et ne règle rien.


Dans votre vie sociale, les sorties en couple risquent de se faire de plus en plus rares afin qu'il y ait toujours quelqu'un auprès de votre enfant.

Faites attention de ne pas être monopolisé par la situation de votre proche. D'une part, la peur d'être jugé ou la honte d'avouer qu'on a un proche touché par la maladie mentale peuvent empêcher d'entretenir des relations sociales. D’autre part, les amis peuvent cesser leurs invitations par peur de déranger, par gêne ou à cause de préjugés.

… les frères et les sœurs

Frère ou sœur, vous êtes touché et attristé par ce qui arrive. Au delà de la tristesse, vous pouvez éprouver de la culpabilité, de la colère et de l'inquiétude. De plus, des questions peuvent faire surface: Allez-vous aussi passer par là? Transmettrez-vous la maladie à vos enfants? Etc...

Si vous vivez encore à la maison familiale, la maladie peut aussi avoir un impact sur votre vie sociale. Il se peut que vous hésitiez à inviter des amis à la maison de peur d'être jugé.

Vous pouvez aussi vous sentir négligé, ressentir en quelque sorte de la jalousie face à votre proche, car il monopolise souvent l'attention de vos parents. Cette situation peut engendrer des conflits familiaux et briser des liens.

… le conjoint

Être conjoint d’une personne atteinte de maladie mentale peut vous amener à vous sentir très démuni. Tout d'un coup, toutes les responsabilités (enfants, entretien de la maison, gestion des comptes) retombent sur vous seul. De plus, la famille peut faire face à une diminution de revenus. Souvent, les projets de couple sont reportés ou abandonnés.

Il est possible que vous souffriez de solitude et d'épuisement et, pour sauvegarder votre propre santé, que vous songiez à abdiquer. Avant de penser à une séparation, allez consulter pour obtenir toute l'aide possible.

… les enfants

Lorsqu'un proche est atteint de maladie mentale, cela affecte tout son entourage. C'est d'autant plus vrai lorsqu'on pense aux enfants mineurs de la personne atteinte qui sont généralement les grands oubliés de la psychiatrie adulte.

Les enfants subissent, bien malgré eux, les répercussions de la maladie mentale d'un parent. Lorsque ce dernier se désorganise, adopte des comportements qui ne lui sont pas habituels et se fait hospitaliser, les enfants ne comprennent pas toujours ce qui se passe. Ils ont besoin d'être informés sur la situation, d’exprimer ce qu'ils vivent et d'échanger avec quelqu'un. Cette réalité est encore plus criante lorsqu'il s'agit d'une famille monoparentale.

Lorsque le parent est en situation de désorganisation, ses compétences parentales sont mises à l’épreuve. Les responsabilités de la vie quotidienne ne sont plus assumées, ou du moins qu'en partie. Ce sont souvent les enfants qui doivent assumer les tâches ménagères, la préparation des repas, voir à ce que le loyer soit payé… Ce ne sont là que quelques aspects. Ils n'est pas rare non plus que les enfants doivent veiller à ce que leur parent prenne bien ses médicaments et qu'il se rende à ses rendez-vous.

Comme on peut s'en douter, ce sont des tâches qui ne devraient pas incomber à des enfants. Quelqu'un doit voir à leur bien-être: que ce soit le parent en santé, un oncle, une tante, un grand-parent ou un intervenant. De plus, il est important que le parent atteint reçoive tout le support nécessaire afin de prévenir ce genre de situations et qu'il puisse continuer à jouer son rôle parental auprès de son enfant.

Soyez à l’écoute et tentez de leur fournir des réponses adaptées à leurs besoins. Si vous-même n’êtes pas à l’aise dans cette situation, accompagnez l’enfant et allez ensemble consulter.

… l'entourage

Famille élargie, amis ou voisins, vous serez affecté différemment et à divers degrés par la maladie du proche. Vous pouvez vouloir jouer un rôle aidant auprès de la personne atteinte. Votre support sera certainement apprécié par la famille immédiate.


Si la maladie mentale vous rend mal à l’aise et que vous sentez que vous devez prendre du recul, respectez-vous. Toutefois, donnez-vous la chance de mieux la comprendre et l’apprivoiser en allant chercher toute l’information nécessaire et le support dont vous aurez besoin. C’est aussi vrai peu importe le rôle que vous décidez de jouer.